vendredi 8 décembre 2017

Un film pour la Banque de France

Un film pour l’anniversaire du service informatique de la Banque de France ? Ben ouais. Ca peut paraitre bizarre et pourtant… l’informatique a aujourd’hui une très grande importance dans le secteur bancaire. A tel point que le département « Organisation et Information » de la Banque de France est devenu le navire amiral de la Banque de France, un véritable état dans l’état. Signe - s’il était besoin de préciser - de la place que l’informatique, les algorithmes ou les datas, ont pris dans le monde de la banque et de la finance et - au delà - dans le monde tout court ! Ce qui nous amène à cette légitime question que nous nous posons tous: allons-nous nous faire bouffer par les intelligences artificielles et les robots comme dans Terminator, Matrix ou les pires cauchemars de Dan Simmons ? Question légitime effectivement, mais ce n’est pas le sujet (que ceux qui veulent la réponse m’écrivent).

Bref, pour fêter l’anniversaire du département « Organisation et Information » de la Banque de France, j’ai réalisé un film d’archives agencées autour d’une voix-off. Il y avait pour moi un enjeu d’écriture: trouver le caractère « épique » de cette histoire de prime abord banale. Et un enjeu de réalisation: faire un film moderne avec de vieilles archives. Tiens ? Ne serait-ce pas le principe du vintage  ?

Produit par François Morgant de NMC, ce film a été possible grâce - en particulier - au talent d’Antoine Martin (monteur et graphiste). Ce film a gagné le prix du meilleur habillage au festival Films & Companies de La Baule en 2015.

Une série sur la déontologie dans la banque

« Etre banquier, c’est sérieux et faites gaffes à vos fesses ! »
C’est en substance ce que cette banque (dont je ne peux pas dire le nom) a voulu faire passer comme message à ses employés par cette série d’animation commandée il y a 3 ans. Affaire Kerviel, Wikileaks, Panama papers… la liste des scandales associées au secteur est en effet longue, obligeant les banquiers à réagir pour ne pas ternir définitivement leur image ou finir la tête au bout d’une pique (les français sont chatouilleux). L’AMF (l’autorité des marchés financiers) a donc serré la vis: les banques sont aujourd’hui obligées d’adopter un code de bonne conduite que leurs employés doivent signer. Les voilà prévenus: il ne faut plus faire n’importe quoi !

Et c’est donc tout le sujet de cette série en 3 épisodes qui reprend (modestement) les codes du film noir. Chaque épisode met en scène un collaborateur naïf se prenant les pieds dans le tapis réglementaire. De l’exagération pour créer la peur et de l’humour pour faire passer la pilule !

Cette série n’aurait jamais vu le jour sans le talent d’Océane Lanouet (au graphisme et à l’animation) et l’oeil avisé de Laure Cousin de Tulipes et Cie. (Les épisode sont ici amputés de la partie « message », pour ne pas révéler le nom de la banque. Si jamais vous voulez voir les films en entier, contactez-moi contact@oliviermarchon.com)




mercredi 20 avril 2016

Un film sur le PCC de la ligne A du RER.

Retour sur un film réalisé en mai 2015 pour la RATP et produit par Tulipes et Cie.

Les responsables de la communication de la ligne A du RER souhaitaient un outil qui présente un aspect peu connu de la ligne A du RER: son PCC. Autrement dit sa tour de contrôle. L'enjeu était de faire comprendre aux utilisateurs du RER, qu'il y avait bien du monde "derrière" cette ligne. En creux, il s'agissait aussi de leur faire sentir (mais sans le dire) que si incidents il y a, il fallait avant tout blâmer en cela la cadence infernale de la ligne, qui rend son exploitation très complexe. Un troisième enjeu était que ce film puisse servir de présentation à la SNCF - qui exploite une portion de la ligne - de la manière dont la RATP gère sa partie.

En compagnie du talentueux Antoine Martin, DA et motion designer, et sous l'oeil avisé de Camille Declerck, nous avons signé un objet dont je reste assez fier.



lundi 7 mars 2016

Il y a le ciel, le soleil et les murs.

Il y a cinq ans, je tournais pour le magazine Littoral (France 3 régions) un sujet de 10 minutes sur le "village fantôme" de Pirou dans la Manche. Résultat d'un gigantesque projet immobilier avorté, aujourd'hui en ruines, ce village fantôme est depuis investi par des artistes en tous genres, graffeurs en tête, qui - en quelque sorte - le font revivre. Et c'était tout le sujet de mon film.

Depuis quelques semaines, une vidéo du village fantôme de Pirou, tournée au drône, fait le buzz. Attirés par ce buzz, les médias commencent à s'emparer de l'histoire: Le Point et Le Figaro ont ainsi chacun publié sur leur site internet un article sur le village fantôme. Ce buzz me profite: mon film, jusque là resté confidentiel, trouve une seconde jeunesse ! Son existence est mentionné par le Figaro et il est repris en intégration par plusieurs sites internet. Résultat: des milliers de vues en 1 mois sur Dailymotion !

Même si j'aime toujours beaucoup mon film, je trouve avec le recul qu'il manque un peu d'ambition esthétique. Mais allez, on se le remet: faisons nous aussi revivre le village fantôme de Pirou...


mardi 23 février 2016

Six garçons dans le vent. Mon premier documentaire.

Il y a 12 années aujourd'hui, je passais le Cap-Horn...

Sur l'Elora, un voilier de 15 mètres en aluminium, j'avais emporté ma caméra pour filmer les six marins qui s'étaient lancé ce défi un peu fou au regard de leurs expériences. Il s'agissait avant tout pour eux de se mesurer aux 40èmes Rugissants et 50èmes Hurlants, les mers les plus dures du globe, puis d'aller, cerise sur le gâteau, "virer" le caillou le plus austral du continent sud-américain.

Ainsi, après 30 jours de mer, les six marins de l'Elora accostaient à Ushuaïa, heureux. Et pendant ces 30 jours, je n'ai pas cessé de les filmer, à l'affût de ces petits et grands moments de vie qui font tout le sel de la vie à bord d'un bateau. Le film de 52 minutes que j'en ai tiré fût pour moi une expérience fondatrice, au moins autant que le voyage en lui-même. Difficile en effet de faire semblant: si le film mérite bien son titre de "Six garçons dans le vent", l'aventure en elle même comportait un septième membre d'équipage: moi.

Après avoir été disponible en VOD pendant 8 années, j'ai décidé de le mettre aujourd'hui gratuitement à la disposition du public. Chacun peut désormais le visionner sur Vimeo. Et bientôt, peut-être, sur d'autres plateformes. Si la basse définition dans lequel ce film a été tourné "date" irrémédiablement ce film, les souffles d'aventure et de vie qui en ressortent le rendent, je l'espère, intemporel.

 

lundi 11 janvier 2016

Un documentaire de 52' pour ERDF

Ca y est !
Après 2 années de travail, "FIRE, la guerre contre le temps", mon documentaire réalisé pour ERDF et produit par Ligne de Front, est enfin visible ! 52 minutes sur la FIRE (à prononcer à la française et non pas à l'anglaise), c'est à dire la "Force d'intervention rapide de l'électricité". La quoi ? Mais si vous savez ! Les gars en bleu qui viennent réparer les lignes en urgence lorsqu'il y a des coupures massives de courant. Quoi ? 52 minutes sur des gars qui réparent des lignes ? Et ben ouais ! Car il y a beaucoup à dire sur l'histoire de cette "force", inventée au cours des fameuses tempêtes de 99, sur son organisation, qui mobilise en fait tout ERDF, sur les défis auxquels elle fait face aujourd'hui... et ceux auxquels elle devra faire face demain.
J'ai mis beaucoup beaucoup d'énergie et de moi dans ce film. Je suis très fier (et un peu nerveux) de vous le présenter. Enorme merci à tous ceux qui m'ont aidé à faire ce film, ceux de Ligne de Front les premiers !


Bonne année !

2 posts de "bonne année" à la suite ne veulent dire qu'une chose: qu'on n'a pas assuré du tout en 2015 et qu'on a un peu délaissé son blog. Pourtant, pourtant, c'est pas l'actualité qui a manqué ! Allez, je prends de bonnes résolutions en vous promettant de me rattraper en faisant quelques posts de rattrapage (ouh la vilaine répétition !). En attendant... ben... bonne année à tous, donc. Et je laisse la parole à Georges qui, exceptionnellement, a accepté de délivrer mes voeux pour moi (il est sympa Georges).

 

vendredi 3 avril 2015

Bonne année !

Il n'aura échappé à personne que je suis très en retard pour vous faire part de mes voeux. Ce à quoi je répondrai: après tout on s'en fout. Il faut bien dire en effet que j'ai très envie de faire figurer sur ce blog la vidéo que j'ai concoctée pour la nouvelle année. Vidéo qui a pourtant été réalisée dans les délais. Bref, j'ai juste oublié de la poster sur ce blog et je ne répare mon erreur que maintenant...

lundi 24 novembre 2014

Mais alors, il est où est le mont Blanc ?

Cette semaine sort en Italie la traduction de mon livre "Le mont Blanc n'est pas en France !".
Edité par les éditions Clichy, connues pour leur francophilie, mon ouvrage sort là bas sous le titre "Le mont Blanc n'est pas en Italie !".
Si je m'amuse de constater que l'éditeur italien a respecté à la lettre la logique marketing qui a prévalu lorsque nous (mon éditeur et moi) avons donné ce titre volontairement provocateur à mon livre, je découvre en revanche que de l'autre côté des Alpes aussi, on semble tout ignorer du différend qui oppose français et italiens quant à la nationalité du toit de l'Europe. Et que l'évidence en Italie est que le mont Blanc est bien italien.
Si j'avais effectivement constaté au cours de mes recherches que les français ignoraient superbement la version italienne, je pensais - naïvement - que les italiens connaissaient un peu mieux les revendications françaises.
Après coup, tout ceci me parait logique... si les cartes italiennes affichent la version italienne, comment les italiens pourraient-ils être au courant de la version française ?
Me serais-je - à mon insu - comporté en français ? C'est à dire certain que l'Europe entière a les yeux braqués vers les français. Et certain que les italiens subissaient sans rien dire la décision unitalérale de la France de considérer le mont Blanc comme français.
Bref, cette suffisance et cette arrogance française que j'ai voulu dénoncer... a fini par me rattraper.

Atlas de la France Incroyable

Mon dernier livre, l'Atlas de la France incroyable, est sorti il y a un peu plus d'un mois déjà ! Au menu: des cartes de France étonnantes et des textes décalés sur des thèmes aussi fondamentaux que l'élevage de grenouilles, les ventes de Viagra, les gagnants du loto, les licenciés de la pétanque ou les signalements d'OVNI.
Ce livre a demandé beaucoup, beaucoup de travail: il a fallu trouver des centaines de chiffres, identifier de multiples données, analyser plein de sondages, trouver moultes anecdotes et trier le tout pour arriver à cet atlas loufoque qui dépoussière le genre.
Un livre pas si inutile qu'il n'y paraît: de l'accumulation de données inutiles naît en effet une image peut-être futile, mais terriblement vrai de la France.
Bravo à Aurélie Boissière qui a signé toutes les cartes et à Marion Chatizel qui a édité ce livre. Toutes deux ont largement participé à la gigantesque collecte d'informations nécessaire à la fabrication de ce livre.
Pour l'instant, les retours presse sont plutôt bons : France 2, LCI, Libération, France Inter, RTL, France Culture, Europe 1, France Musique, Grazia, Le Figaro... tout le monde en parle !
Une belle aventure jusque là: pourvu que ça dure !